Voyage de la Boussole dorée

Parcourir le monde pour voir et apprendre ce que l'homme, dans l'infinité de son imagination et de sa créativité, est capable de produire avec ses mains, son ingéniosité et les matières premières à sa disposition. Parcourir le monde pour tenter de comprendre comment s'est structurée cette humanité si diverse, si complexe et si contradictoire, à travers un moyen d'expression bien particulier : le textile. Parcourir le monde pour intégrer en moi cette diversité, cette richesse, cette complexité ; les digérer, les transmuter et inventer ma réalité textile. Voici ce qui constitue un vieux rêve que je décide aujourd'hui de réaliser : un voyage d'étude textile à travers la Russie, la Mongolie, la Chine, l'Asie centrale, l'Iran, la Turquie et les Balkans.

Dernières rencontres avec le Baïkal

Publié dans CHAPITRE I : RUSSIE

 

 

 

 

C'est par une matinée de neige fondue, le 5 Octobre, que j'allai chercher Jean-François, ami de longue date, motivé de me rejoindre en Russie pour découvrir le lac Baïkal, à l'aéroport d'Irkoutsk.

Après quelques heures à se réchauffer dans un café, papoter dans tous les sens pour apprécier cette retrouvaille vivement attendue pour moi (pouvoir passer quelques jours à ne parler que français, avec un ami proche, c'était quand même très appréciable après mes trois mois passés en immersion), nous partîmes pour Listvyanka, le village sur le bord du lac le plus proche d'Irkoutsk. Pas forcément un village très excitant, ni même les plus beaux paysages du lac, mais la tranquilité et l'apaisement que prodigue ce petit coin du lac sans prétention, furent fort appréciables pour l'un comme pour l'autre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon cher ami était chargé de notre réserve d'eau pure venant directement du lac :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parlons un petit peu de Jean-François : il est d'abord l'un des amis les plus proches de mon frère, nous nous connaissons donc depuis que mon frère est lui sont amis, et cela remonte à plus de dix ans. Il me considère donc comme sa petite soeur, et moi je le considère comme mon grand-frère (et non, je n'en ai même pas assez avec trois grands-frères, il m'en faut encore plein d'autres, comme vous le comprendrez au fur et à mesure que je vous ferai les portraits de mes amitiés masculines). Un profond respect, d'intarissables échanges intellectuels et beaucoup d'affection : ainsi sera qualifié notre relation. Sans oublier le partage de l'appel du voyage (nous pourrions même bien nous retrouver prochainement en Inde, allez, comme ça c'est dit, ça le poussera à venir vraiment, eh eh eh!!!!) et  de la curiosité des autres peuples.

 

Mais comme aussi, il est très prude, je n'en dirai pas plus ! Déjà, nous avons passé le marché que je pouvais mettre une photo de lui si seulement moi je mettais aussi une photo de moi, donc, d'ailleurs, je vais honorer ma part du marché :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà c'est fait, maintenant je peux passer à la suite...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La neige était déjà bien là dans les hauteurs. Notre petite balade de quelques heures nous offrit cette merveilleuse ambiance feutrée et douce, tandis que mes cuisses s'en souvinrent pendant deux jours de grimper des pentes raides dans la fine couche de neige... Je vous ai déjà dit, je ne suis pas une sportive... Bon, d'accord, je le suis un peu plus maintenant, à vrai dire, quand on est au Népal, on est bien obligé, étant donné qu'il n'y a que de la montagne...

 

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore queques belles lumières que nous offrit l'île d'Olkhon, où nous allâmes après nos deux jours à Listvyanka. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celles qui sont toujours fidèles au poste pour nous accueillir à notre arrivée sur l'île

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la rencontre des géants de l'île

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A force de sourires miellieux (et pis aussi parce qu'il n'y avait pas beaucoup d'autres options), notre chère Nadia finit par nous vendre l'excursion de son pote dans un antique van russe des années soixantes (ah, je n'ai même pas de photos pour vous montrer la pièce de collection).

 

Nous nous offrîmes donc un petite journée pour découvrir la pointe nord de l'île, territoire protégé et préservé (enfin bon, l'été, apparemment il y a quarante vans comme celui qui nous trimballa, alors je vois pas trop en quoi le site est vraiment protégé).

 

De dix heures du matin à cinq heures du soir, nous subîmes les pistes défonsées dans cet autre engin de la mort. Plusieurs médailles peuvent être décernées à tous ces conducteurs qui parcourent cette partie de l'île chaque jour. Quant à moi, je crus que mon squelette allait se disloquer au bout d'une demi-heure par monts et par vaux, à l'arrière du camion, faisant des bonds jusqu'au plafond à la moindre dénivellation non amortie. Et sérieusement, à la fin de la journée, je n'étais pas bien. J'avais de réelles courbatures comme si j'avais un début de grippe. Alors pour tous ces incroyables gars qui se tapent tous les jours cinquante kilomètres dans ces conditions...

 

Lorsque nous descendîmes du van et que nous saluâmes notre conducteur, nous vîmes bien que lui aussi était extrêmement fatigué. Tu parles, passer des heures sur ces pistes infâmes, cela exige une attention monstrueuse...

 

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

Notre dernière escale ensemble, après être brièvement repassé par Irkoutsk, fut Oulan-Oude, capitale de la Bouriatie.

 

Les Bouriates sont une ethnie mongole qui fait partie de la fédération de Russie depuis trois cent ans. Ils sont majoritairement bouddhistes, tandis que l'autre majorité est de spiritualité chamanique. Des milliers de Vieux-Croyants sont aussi implantés dans cette république à majorité non slave, depuis plus de trois cent ans.

 

Je n'ai pas eu le temps de rester autant que je l'aurais voulu, à mon goût, pour découvrir à fond cette fabuleuse région de Russie, où je me suis encore plus sentie à la maison. De toute façon, à partir du moment où je ne suis pas loin du Baïkal, je me sens bien...

 

A Oulan-Oude, nous en profitâmes pour nous remettre de nos émotions sur l'île. Nous retrouvâmes aussi Tatiana (et oui, encore), une Bouriate que j'avais rencontré deux mois auparavant à Irkoutsk, avec qui le contact était très facilement passé, et nous avions échangé nos contacts. J'avais donc un petit guide privilégié pour visiter Oulan-Oude. Bon, le tour était vite fait, mais nous appréciâmes énormément de découvrir le temple bouddhiste en sa compagnie. Pour ma part, c'était la première expérience dans un temple bouddhiste, je n'y connaissais rien dans les comportements à avoir dans un tel endroit, ni même qu'un non-croyant pouvait s'y présenter aussi facilement.

Je mimais donc au plus proche les gestes et prières de Tatiana, tandis que Jean-François se sentait visiblement plus à l'aise que moi.

 

Ce que j'ai aimé, dans notre échange avec Tatiana, c'est que lorsque nous nous retrouvâmes une deuxième fois pour une petite balade, nous l'amenâmes dans une église orthodoxe. Premièrement, elle eut le réflexe de ne pas entrer, car elle n'était elle non plus jamais rentrée dans un autre lieu de culte qu'un temple bouddhiste ! Puis deux minutes après elle nous rejoignit finalement ! A vrai dire, j'étais aussi ignare qu'elle dans les gestes à avoir dans une église orthodoxe, mais ce fut vraiment un beau moment d'échange, et je le mentionne avec autant d'emphase, car pour moi il représente avec beaucoup de justesse ce que nous avons pu percevoir, Jean-François et moi, dans cette partie de Russie : une tolérance et une cohabitation pacifique entre les différentes ethnies, mais aussi entre les différentes religions.

 

C'est avec beaucoup de respect et d'affection que je garderai en mémoire les moments en compagnie de Tatiana, comme mes derniers moments sur le territoire russe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

 

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 16:57, le 29/12/2013, Lac Baïkal
Mots clefs : listvyankaolkhonoulan-oude

Page précédente Page suivante


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Derniers articles
- Ideal Women Development Center
- Rajni et Pragya : la plus belle rencontre de tout mon périple
- Vivre à la népalaise et apprendre le tissage comme à ses origines (partie II)
- Dorothée et Hongyang, mes nouveaux coaches d'Yvetot
- Retour officiel de Luciole Desplaines en France

Rubriques
- CHAPITRE I : RUSSIE
- CHAPITRE II : MONGOLIE
- CHAPITRE III : NEPAL
- INTERMEDE
- PROLOGUE : PREPARATION ET ROBE DE MARIEE

Sites favoris
- luciole desplaines
- association davaï
- centre folklorique kuntseva
- coopérative ar arvijin delgerekh
- great baikal trail
- acted
- atelier sculpture beaux-arts bruxelles
- silk road by bike
- châles pavlovo posad
- costume russe

Mes amis

Newsletter

Saisissez votre adresse email