Voyage de la Boussole dorée

Parcourir le monde pour voir et apprendre ce que l'homme, dans l'infinité de son imagination et de sa créativité, est capable de produire avec ses mains, son ingéniosité et les matières premières à sa disposition. Parcourir le monde pour tenter de comprendre comment s'est structurée cette humanité si diverse, si complexe et si contradictoire, à travers un moyen d'expression bien particulier : le textile. Parcourir le monde pour intégrer en moi cette diversité, cette richesse, cette complexité ; les digérer, les transmuter et inventer ma réalité textile. Voici ce qui constitue un vieux rêve que je décide aujourd'hui de réaliser : un voyage d'étude textile à travers la Russie, la Mongolie, la Chine, l'Asie centrale, l'Iran, la Turquie et les Balkans.

L'île d'Olkhon

Publié dans CHAPITRE I : RUSSIE

 

 

 

 

 

 

L'île d'Olkhon est le site certainement le plus fameux du lac Baïkal. Depuis 2005, les habitants de Khoujir ("Roujir" pour les français bien français), le plus gros village de l'île, ont profité de la venue de la fée électricité pour développer l'activité touristique puissance dix et vivre de ces revenus ô combien avantageux quand, à notre ère de l'écologie et du vert bien-pensant, des milliers d'occidentaux désireux de retrouver la "vraie nature", la nature sauvage et indomptée, sont prêts à dépenser des prix honteusement élevés par rapport à nulle autre endroit en Russie.

 

Ce que j'ai aimé, dans l'organisation du tourisme à Khoujir, c'est que la communauté est complètement soudée pour soutirer le maximum de pognon du touriste époustoufflé par ces paysages grandioses. Il n'y a pas de concurrence, tous les prix sont alignés (au plus haut niveau, bien sûr), et chacun qui tient son auberge, son hôtel, sa pension, envoie ses hôtes vers son pote qui fait des excursions sur l'île avec son camion, loue des vélos, etc.

Oui, j'ai aimé cet esprit, au premier abord, très solidaire.

 

Ce que je n'ai pas aimé, dans l'organisation du tourisme à Khoujir, c'est qu'ils en ont quand même un peu trop profité de surfer sur la vague occidentale-bien-pensante-écolo pour fixer leur prix exorbitants, insister pour te vendre l'excursion de leur pote, être super aimable et sympa alors que la seule chose qui les intéresse c'est combien de pognon ils vont pouvoir te soutirer.

 

Khoujir fut le seul endroit en Russie où j'eus le dégoût habituel de comment le tourisme change les rapports humains. Et c'est là aussi où je préfère me retrouver avec des vrais russes, même s'ils sont pas aimables, plutôt que cette amabilité mielleuse intentionnée que je retrouverai plus tard aussi en Mongolie et ô combien en overdose ici au Népal.

 

Au-delà de ça, Khoujir est un des paradis sur terre, même s'il n'y a pas d'eau courante, même si avant 2005, il n'y avait que deux vieux générateurs pour alimenter toute l'île, même si les pistes qui servent de voie de communication sont de véritables tortures pour le squelette humain.

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SIx heures de route. Six heures de route avec leurs engins de la mort, mais apparemment il n'y a pas beaucoup de morts car c'est tellement naturel pour un russe de voyager des heures entières dans un van sans amortisseurs, souvent surchargé, dont le moteur est toujours en sur-régime, et qui tombe en panne assez régulièrement quand même.

 

Au lieu de durer six heures, mon aller durera plutôt sept ou huit heures... Peut-être deux heures après notre départ d'Irkoutsk, après avoir déjà évité les vaches, les chevaux sauvages et les troupeaux de moutons en liberté en paturâge dans les immensités le long de la route (il n'y a pas de barrière, évidemment, je vous ai séjà dit, les russes aiment leur nature sauvage, indomptée, de même leurs animaux), nous comprenons que notre chauffeur s'arrête pour dépanner son pote l'autre chauffeur qui est parti un peu avant nous d'Irkoutsk.

 

Après une bonne demi-heure de tripatouillage, d'un aller pour notre chauffeur vers le garage le plus prêt pour aller chercher de l'huile ou je ne sais quoi d'autre pour réparer la panne, il s'avère que l'autre chauffeur ne peut plus prendre en charge les touristes pour les mener jusqu'à l'île : ils doivent monter avec nous pour continuer leur trajet.

 

Encore une fois, ce que j'aime dans leur organisation, c'est leur solidarité vis-à-vis de leur job dépendant des touristes. On ne retrouve pas forcément ça partout, cette solidarité-là.

 

Alors que nous étions cinq au départ d'Irkoutsk, nous nous retrouvons à seize dans un van qui ne devrait contenir qu'une douzaine de personnes, plus tous les gros sacs sur le toit...

Oh, vous me direz, après tout ce que j'ai vu ici au Népal, ceci n'est qu'une bagatelle...

 

Tout de même, lorsqu'en arrivant sur l'ïle, avec des bonnes côtes bien raides à gravir, le van tombe en panne, je maudis pour la énième fois les russes et leur insupportable légèreté par rapport à l'entretien de leur matériel. Peut-être que réparer régulièrement ou réviser leur coûte une fortune, mais cela leur coûterait certainement moins cher que d'investir à nouveau dans un nouveau van car l'ancien a déjà lâché...

 

Bref, après cinq minutes d'arrêt après avoir descendu en roue libre la pente trop ardue, le moteur quelque peu refroidi veut bien redémarrer pour nous amener péniblement jusqu'à destination.

 

Quinze jours plus tard, lorsque je retournai sur l'ïle avec mon pote Jean-François, je recroisai le même chauffeur en panne sur l'île, obligé de faire la même chose avec ses passagers que son collègue avait fait lors de notre premier aller...

 

Mis à part ça, la route qui me mena d'Irkoutsk à Khoujir reste la plus époustouflante de mon grand voyage : je découvrais la steppe, en même temps que la taïga d'or de cette fin Septembre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces photos ne rendent pas encore assez l'exactitude de mon émerveillement. Il faut comprendre qu'effectivement, après trois mois de plaines russes et de forêts russes (même si je les aime bien), le moindre relief me transporte complètement. Et puis la nouveauté de la steppe jaune et dessechée, m'enchante, je n'avais jamais vu ça nulle part.

 

Mais le pire était encore à venir.

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Baïkal, enfin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La piste de cailloux qui nous amène à Khoujir longe la côte de l'île. Quarante kilomètres de bonheur des yeux, malgré la torture physique et la terreur que le van va lâcher avant d'arriver à bon port. Une petite heure plus tard, nous arrivons enfin à Khoujir.

 

Je trouve refuge chez Sergueï, le gardien de l'église orthodoxe récemment réimplantée. Il a étudié en France dans sa jeunesse, il parle donc un parfait français ; il est déjà célèbre pour tous ceux qui recherchent sur internet comment se loger à Khougir gratuitement : la cabane qui sert de masion à tout  voyageur éclairé, a été construite par les premières personnes à trouver refuge chez lui. 

Au moment où j'y vais, Sergueï m'explique qu'il a donné cette maison depuis peu à l'église, le nouveau prête vit à l'étage de cette maison, et devient de plus en plus exigeant quant à ceux qui peuvent rester ou non sous son toit.

Sergueï est quelque peu mal à l'aise de cette situation, mais projette déjà de faire construire un autre refuge à une vingtaine de mètres plus loin, pour pouvoir accueillir à nouveau les voyageurs éclairés.

 

A mon deuxième séjour, une dizaine de jours plus tard, Sergueï et sa famille sont partis en vacances pour deux mois, je suis accueillie par le prêtre qui gentiment, car je parle russe, me dirige vers la voisine, Nadia, qui tient une sorte de camping avec des petits cabanons, me fait des grands sourires parce que je parle russe et tente chaque jours de me vendre l'excursion de son pote. 

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

 

Regarder le coucher de soleil, et mourir heureux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sans oublier les "arbres à chamans"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ni les chiens errants, fidèles gardiens, protecteurs et guides des touristes source de câlins et de nourriture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boussolement vôtre

 

 

 

 

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 08:37, le 28/12/2013, Olkhon
Mots clefs : olkhoncoucher de soleiltaïgasteppe

Page précédente Page suivante


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Derniers articles
- Ideal Women Development Center
- Rajni et Pragya : la plus belle rencontre de tout mon périple
- Vivre à la népalaise et apprendre le tissage comme à ses origines (partie II)
- Dorothée et Hongyang, mes nouveaux coaches d'Yvetot
- Retour officiel de Luciole Desplaines en France

Rubriques
- CHAPITRE I : RUSSIE
- CHAPITRE II : MONGOLIE
- CHAPITRE III : NEPAL
- INTERMEDE
- PROLOGUE : PREPARATION ET ROBE DE MARIEE

Sites favoris
- luciole desplaines
- association davaï
- centre folklorique kuntseva
- coopérative ar arvijin delgerekh
- great baikal trail
- acted
- atelier sculpture beaux-arts bruxelles
- silk road by bike
- châles pavlovo posad
- costume russe

Mes amis

Newsletter

Saisissez votre adresse email