Voyage de la Boussole dorée

Parcourir le monde pour voir et apprendre ce que l'homme, dans l'infinité de son imagination et de sa créativité, est capable de produire avec ses mains, son ingéniosité et les matières premières à sa disposition. Parcourir le monde pour tenter de comprendre comment s'est structurée cette humanité si diverse, si complexe et si contradictoire, à travers un moyen d'expression bien particulier : le textile. Parcourir le monde pour intégrer en moi cette diversité, cette richesse, cette complexité ; les digérer, les transmuter et inventer ma réalité textile. Voici ce qui constitue un vieux rêve que je décide aujourd'hui de réaliser : un voyage d'étude textile à travers la Russie, la Mongolie, la Chine, l'Asie centrale, l'Iran, la Turquie et les Balkans.

Une dernière pensée pour les Tatars

Publié dans CHAPITRE I : RUSSIE

 

 

 

Mes chers amis lecteurs, avant de vous parler de mon étape suivante, chez Tatiana Groushetskaya, je souhaiterai combler un oubli impardonnable dont je viens de me rendre compte : j’ai omis, dans mon article sur Kazan, de vous raconter comment Tanya Nourgalieva m’accueillit avec beaucoup de chaleur, je dois réparer cet affront le plus rapidement possible !

 

Tanya (c’est le diminutif de Tatiana, et vous l’aurez compris, Tatiana est certainement le prénom le plus usité en Russie, à part égale avec Anya, Olga et Elena, donc soyez attentifs, je ne pourrais pas toujours repréciser quelle Anya, ou quelle Olga...), est une jeune femme de 24 ans, mariée depuis deux ans (mais c’est pas grave, ils sont tellement mimi tous les deux qu’il n’y a pas de doute qu’ils s’aiment pour toute la vie !), pas d’enfant encore pour l’instant, car elle travaille dans une importante entreprise suédoise (ou norvégienne, je ne sais plus trop) implantée à Kazan (et oui, le pétrole, cela attire beaucoup de monde), en tant qu’analyste financière.

Il m’a fallut du temps pour comprendre ce que c’était, son travail, car ce n’était pas si évident que ça à expliquer en anglais, surtout qu’en fait, même en français, je ne savais pas vraiment ce que c’était et à quoi cela servait.

En définitive, cela a l’air plutôt intéressant comme travail, bien qu’il y ait des conditions de sécurité un peu draconiennes (que j’aurais du mal à tenir), car apparemment les données financières sont extrêmement précieuses.

L’intérêt de son travail, c’est que pour valider les dossiers des différentes entreprises qu’elle doit traiter, elle doit énormément se renseigner sur leur contexte économique, politique, culturel et social, en gros, un peu comme si elle faisait de la géo-politique... Vu que je pense qu’un jour ou l’autre, je reprendrais (encore !) des études en géo-politique, vous imaginez assez facilement que j’ai été impressionnée par son travail !

 

Je tenais à faire ces quelques lignes sur Tanya, car après ce que j’ai écrit sur Anya de Ekaterinbourg, l’on pourrait penser que je n’ai vraiment rencontré que des « jeunes filles bonnes à marier » avant, et ce serait vraiment injuste quant à toutes les femmes que j’ai rencontré... Mais je vous expliquerai tout ceci en profondeur un peu plus tard !

 

Bref, Tanya est une jeune femme à l’esprit brillant, très ouverte (elle est quand même mariée à un musulman !!! de nos jours, cela devient tout de même de plus en plus difficile à envisager, les mariages mixtes...), très cultivée, et en plus elle parle français ! Elle a séjourné quelques mois en France dans le courant de ses études, et nous échangeâmes donc dans un mélange de français, d’anglais et de russe (bon, en pourcentage, c’est plutôt de cet ordre :10-80-10).

 

C’est aussi avec elle que j’appris certaines choses a propos de la Russie moderne, elle fut la première, par exemple, à m’expliquer que « la campagne russe est en train de mourir » et que peu de choses sont faites pour empêcher ce phénomène.

 

Elle me fit aussi découvrir un peu de cuisine tatare, et j’avoue que cela me séduisit encore plus que la ville !!! Sûr, je reviendrai chez les Tatars !!! 

 

Boussolement vôtre

 

 

 

 

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 12:23, le 3/10/2013, Kazan'
Mots clefs : tatars

Page précédente Page suivante


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Derniers articles
- Ideal Women Development Center
- Rajni et Pragya : la plus belle rencontre de tout mon périple
- Vivre à la népalaise et apprendre le tissage comme à ses origines (partie II)
- Dorothée et Hongyang, mes nouveaux coaches d'Yvetot
- Retour officiel de Luciole Desplaines en France

Rubriques
- CHAPITRE I : RUSSIE
- CHAPITRE II : MONGOLIE
- CHAPITRE III : NEPAL
- INTERMEDE
- PROLOGUE : PREPARATION ET ROBE DE MARIEE

Sites favoris
- luciole desplaines
- association davaï
- centre folklorique kuntseva
- coopérative ar arvijin delgerekh
- great baikal trail
- acted
- atelier sculpture beaux-arts bruxelles
- silk road by bike
- châles pavlovo posad
- costume russe

Mes amis

Newsletter

Saisissez votre adresse email