Voyage de la Boussole dorée

Parcourir le monde pour voir et apprendre ce que l'homme, dans l'infinité de son imagination et de sa créativité, est capable de produire avec ses mains, son ingéniosité et les matières premières à sa disposition. Parcourir le monde pour tenter de comprendre comment s'est structurée cette humanité si diverse, si complexe et si contradictoire, à travers un moyen d'expression bien particulier : le textile. Parcourir le monde pour intégrer en moi cette diversité, cette richesse, cette complexité ; les digérer, les transmuter et inventer ma réalité textile. Voici ce qui constitue un vieux rêve que je décide aujourd'hui de réaliser : un voyage d'étude textile à travers la Russie, la Mongolie, la Chine, l'Asie centrale, l'Iran, la Turquie et les Balkans.

Ostrogojsk

Publié dans CHAPITRE I : RUSSIE

 

 

 

 

 

En allant regarder plus précisément les informations disponibles sur wikipedia, je me rends compte que je vous ai induits en erreur quant à la population d'Ostrogojsk : 33000 habitants, et non pas 70000...

 

Cette petite erreur réparée, nous pouvons commencer !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous vous souvenez bien sûr de ma professeure de russe en France, Nadia, je vous en ai déjà parlé à plusieurs reprises ; à présent, je vais pouvoir vous raconter comment toute sa famille m'a accueillie si chaleureusement en Russie !

 

Premièrement, sa maman Tatiana : malheureusement je me suis aperçue que je ne l'avais même pas prise en photo, donc je ne pourrais pas vous la montrer, mais je vais prendre le temps de bien vous la présenter !

 

Tatiana est une adorable бабушка (comme en fait toutes les babouchki) mais avant tout une ancienne professeure de français (et oui, cela se transmet de mère en fille, dans cette famille, la passion du français !) donc elle parle très bien le français (et j'avoue que les quelques jours passés avec elle ont permit à mon cerveau de se reposer un petit peu...), et elle aime aussi beaucoup recevoir des français !

 

J'ai donc séjourné quatre jours dans son confortable petit appartement baigné par la douce chaleur estivale, chouchouttée et "cuisinnée aux petits oignons" ! Ce fut un havre de paix, je vous l'assure, arpès mon escapade arkhangelskienne et mes interminables voyages en train...

 

J'ai aussi fait la connaissance de Natacha, la nièce de Nadia (la fille de Sveta, donc, que je n'ai pas eu la chance de rencontrer car elle était hospitalisée à Voronej pendant mon séjour), qui comme sa mère, sa tante et sa grand-mère, parle très bien français, en sachant qu'elle a appris le français seulement avec sa grand-mère, et qu'elle a réussi ses examens d'entrée à l'université de langues sans avoir suivi de cours de français à l'école...

 

Elle en a profité pour exercer ses connaissances tout en me faisant visiter la ville, ainsi qu'une petite "balade en hauteur" dans un antique manège (qui datait très certainement de l'ère soviétique).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Natacha est tellement "fondue" de la France, qu'elle partait faire un séjour de trois semaines au mois d'Août (c'est donc déjà passé maintenant) en Picardie, sur un site archéologique près d'un château médiéval, si j'ai bien compris, avec une amie russie de son université (la même amie qui me servit de guide mon premier jour à Voronej, d'ailleurs). Cela ne m'étonnerait pas qu'un jour elle suive les pas de sa tante, et vienne s'installer en France... Enfin, sauf si son amoureux la retient dans son pays !

 

Natacha a aussi un petit frère de quatre ans, Dima, une belle petite bouille toute blonde, qui fait tourner sa бабушка dans tous les sens !!! Enfin, Andreï, le mari de Sveta, avec qui je n'eus que de brefs contacts, donc je ne pourrais pas vous en dire beaucoup plus !

 

Le dimanche, Andreï nous embarqua tous dans sa Lada relativement jeune (pas comme celles que j'avais vu jusqu'à présent, toutes rouillées et délabrées), et nous emmena jusqu'au site Дивногорье (Divnagorié, ce qui veut dire la montagne divine), le petit bijou naturel de la région, des falaises de craie abritant une multitude de sites archéologiques allant des kourgans (et je n'ai pas pu le voir !) aux vestiges des fondements d'une forteresse des Alains datant du XIIème siècle, ainsi que cette curieuse église creusée dans la craie par des moines solitaires au XVIème siècle...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les russophones que cela intéresse d'avoir plus de renseignements, voici le lien vers le site :

http://www.divnogor.ru/

 

Et aussi, le lien vers une petite vidéo qui montre un peu plus le site :

http://www.youtube.com/watch?v=urng8QKVpiE

 

Pour visiter ce site, j'ai aussi eu la chance de pouvoir utiliser le vieil appareil photo argentique appartenant à Tatiana ! Comment vous expliquer ma joie ? J'avais en vain cherché à trouver l'appareil de mes rêves en France, mais impossible, les appareils argentiques de cette génération sont devenus trop à la mode en Europe de l'Ouest, soit ils sont bien trop chers par rapport à ce que cela vaut, soit les gens ne veulent pas s'en séparer alors qu'ils ne s'en servent plus. Je m'étais donc résolue à partir sans appareil argentique, en espérant en trouver en Russie ! 

 

C'est d'ailleurs chose faite, depuis, mais sur le moment, j'étais si excitée à l'idée de faire à nouveau de la "vraie" photo (c'est-à-dire, des photos en réfléchissant à la lumière qui interragit avec l'environnement, et non pas des photos de mon chien ou du pigeon dans la rue), que j'ai hâte de trouver un endroit où je pourrai développer mes péllicules et ensuite les quelques photos intéressantes. Mais ceci est encore une autre histoire, je fais confiance à ma boussole pour trouver un labo chez un particulier lorsque le moment sera le bienvenu !

 

En attendant, j'ai pris aussi de belles vues avec mon numérique :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand on voit ça, on se dit quand même que de tout temps l'homme n'est pas bête : il choisit les endroits où il vit avec une certaine aspiration à l'esthétisme, même si c'est un "barbare"...

 

 

Je terminerai cet article par quelques photos du "trésor caché" de Tatiana : de vieilles broderies appartenant à sa mère, sa grand-mère et elle-même, cachées dans un placard. Suite à notre après-midi avec Dina Bytchkova (que je vous narrerai dans l'article suivant), brodeuse de son état ; Tatiana me proposa d'admirer son trésor familial... Et je pense qu'il doit y en avoir de nombreux, des trésors cachés de cette sorte, pour une reporter textile comme moi... Mais s'il fallait que je sillone tous les placards de Russie pour collecter tous les vieux trésors familiaux, il me faudrait tout une vie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Malheureusement mes photos ne sont pas d'assez bonne qualité pour rendre justice aux belles pièces que j'ai vu, c'est un peu le problème des petits appareils numériques, ils ne sont pas assez performants pour pouvoir honorer la richesse des détails de broderie...

 

 

Sur ce, je vous prépare donc l'article suivant : Dina la brodeuse d'Ostrogojsk !

 

Boussolement vôtre !

 

 

 

 

 

 

commentaires {1} - Ajouter un commentaire
Publié à 11:15, le 4/09/2013, Ostrogozhsk
Mots clefs : broderie russesud de la russie

Commentaire sans titre

Passionnant voyage, continue tes commentaires intéressants, ce qui ne m'empêche pas de dire que tu es toujours aussi bavarde!!!

Dominique - 18:39 - 19/09/2013

Page précédente Page suivante


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Derniers articles
- Ideal Women Development Center
- Rajni et Pragya : la plus belle rencontre de tout mon périple
- Vivre à la népalaise et apprendre le tissage comme à ses origines (partie II)
- Dorothée et Hongyang, mes nouveaux coaches d'Yvetot
- Retour officiel de Luciole Desplaines en France

Rubriques
- CHAPITRE I : RUSSIE
- CHAPITRE II : MONGOLIE
- CHAPITRE III : NEPAL
- INTERMEDE
- PROLOGUE : PREPARATION ET ROBE DE MARIEE

Sites favoris
- luciole desplaines
- association davaï
- centre folklorique kuntseva
- coopérative ar arvijin delgerekh
- great baikal trail
- acted
- atelier sculpture beaux-arts bruxelles
- silk road by bike
- châles pavlovo posad
- costume russe

Mes amis

Newsletter

Saisissez votre adresse email