Voyage de la Boussole dorée

Parcourir le monde pour voir et apprendre ce que l'homme, dans l'infinité de son imagination et de sa créativité, est capable de produire avec ses mains, son ingéniosité et les matières premières à sa disposition. Parcourir le monde pour tenter de comprendre comment s'est structurée cette humanité si diverse, si complexe et si contradictoire, à travers un moyen d'expression bien particulier : le textile. Parcourir le monde pour intégrer en moi cette diversité, cette richesse, cette complexité ; les digérer, les transmuter et inventer ma réalité textile. Voici ce qui constitue un vieux rêve que je décide aujourd'hui de réaliser : un voyage d'étude textile à travers la Russie, la Mongolie, la Chine, l'Asie centrale, l'Iran, la Turquie et les Balkans.

Luciole Desplaines est toujours en vie !

Publié dans INTERMEDE

 

 

 

 

Mes très très très chers amis lecteurs, j'ai honte de vous avoir abandonné aussi longtemps... Et non, je ne suis pas morte, je ne me suis pas faite attaquée par un ours (bien que cela aurait pu...) dans la magnifique forêt des trois lacs de la rivière Snejnaya, à huit kilomètres de la rive sud du grand seigneur j'ai nommé le lac Baïkal, ni même succombé aux piqûres quasi mortelles des insectes divers et variés présents en Russie...

 

Je suis toujours vivante, et j'ai déjà fait encore quelques milliers de kilomètres depuis, en arrière, car je suis retournée en Sibérie occidentale pour plusieurs raisons que je vous laisserai découvrir plus tard !

 

Mais l'heure du jour est à la fête !!! Nous sommes le 3 Septembre, et dans exactement quatre jours, ma super pote pour qui j'ai donné tant d'énergie à créer sa magnifique robe de mariée, se marie !!! Alors une pensée pour ce grand jour qui arrive, histoire de combler mon absence à la fête...

 

Sinon, mes chers amis lecteurs, j'ai une grande nouvelle : mon fidèle ami Jean-François, je vous en avais déjà parlé dans mes premiers articles (c'est lui qui m'a programmé mon site internet mais qui ne voulait pas que je lui fasse de pub de peur qu'il soit sollicité par d'autres personnes...), me rejoint très bientôt sur les rives du lac Baïkal !!! Oui, bien sûr, j'y retourne ! La seule vraie journée où j'ai pu profiter de ce majestueux joyau naturel m'a laissé un goût de trop-peu dans la bouche, alors j'ai décidé qu'il méritait bien que je lui consacre une bonne dizaine de jours rien que pour lui !!!

 

Du coup, j'en ai aussi profité pour convaincre Jean-François, qui, après son dernier séjour en Espagne et la lecture de mes aventures, se sent pousser lui aussi des ailes de liberté... Mais ce ne fut pas une mince affaire !!! Avec toute l'affection que j'ai pour lui, il n'en reste pas moins un indécrottable du type "je change trente fois d'avis dans la journée", j'ai donc du ruser de toutes sortes d'astuces retorses pour arriver à mes fins : il débarquera à l'aéroport d'Irkoutsk le 5 Octobre prochain, où je viendrai le chercher pour l'emmener ensuite sur les rives du Baïkal, en espèrant que la neige n'arrive pas trop tôt non plus, car oui, mes chers amis lecteurs, j'ai commencé à me renseigner, et apparemment, il fait déjà assez froid dès la fin Septembre, et il est possible d'avoir les premières neiges dès le mois d'Octobre... Mais je n'ai pas encore fixé mon programme précis pour le Baïkal, je suis pour l'instant encore en vadrouille en Sibérie occidentale, et me dirige lentement vers Irkoutsk, où je serai de retour le 15 Septembre prochain.

 

Pour continuer avec les bonnes nouvelles, mon séjour en Mongolie se précise un peu plus, j'arriverai là-bas autour du 18 Octobre (et je pourrais même fêter mon anniversaire à Oulan-Bator, toute seule, j'en ai peur, le 20 Octobre...), je vais pouvoir rencontrer, comme je vous en avais parlé au tout début, des familles nomades et découvrir leurs costumes traditionnels. Je réfléchis actuellement à ce que je peux développer comme échange textile avec mes futurs interlocuteurs, j'ai envie de créer bien autre chose que ce que j'ai fait jusqu'à présent en Russie, c'est-à-dire me contenter de suivre des cours.

Ce qui est bien avec la Mongolie, c'est qu'a priori, ils fonctionnent au direct et sur le vif (c'est ce que je comprends de ce que me disent les contacts que j'ai) donc tout va se faire lorsque je vais rencontrer les gens. J'ai juste à penser un peu à ce que je veux échanger avec eux, et on verra bien comment ça se passera !!! Je vous avoue que j'ai l'esprit bien plus tranquille comme ça ! Cela me fait moins de tracas à penser à prévoir tout, tout se passera à l'intuition et dans la spontanéité.

 

Bref, je n'ai plus qu'à obtenir mon visa mongol quand je serai sur Irkoutsk (et apparemment en fait, c'est moins compliqué qu'en France de l'avoir), faire de belles rencontres là-bas, et le 14 Novembre, je m'envolerai pour le Népal !

Oui, la suite de mes aventures se précise aussi : j'ai décidé d'abandonner l'idée d'aller en Chine, beaucoup trop d'ennuis et de stress pour les démarches de visa, en plus la période où j'aurais été susceptible de traverser le Nord de la Chine, puisque c'est l'itinéraire que je voulais suivre, pour arriver à la frontière kirghize, frontière en pleine montagne, se situerait en plein mois de Décembre, je me suis avisée que quand même, il fallait être un peu réaliste : cela ne s'improvise pas de traverser des montagnes en plein hiver...

Je n'ai qu'une seule fois été faire du ski dans les Alpes (j'avais huit ans), la deuxième fois c'était dans les Vosges et je n'en parlerai pas parce que ce fut la plus grande honte de ma vie ( j'ai bloqué tout le système du tire-fesse parce que je ne me suis pas arrêtée en haut de la butte, j'ai continué sans parvenir à me sortir du tir-fesse et je suis tombée dans la petite fosse de sécurité) ; je n'ai jamais non plus fait de haute-montagne ; en bonne normande qui se respecte, je ne sais pas ce que c'est qu'une température qui descend au-dessous de -5° Celsius ; je n'ai aucune idée de la préparation physique nécessaire à ce genre d'exploit sportif, si ce n'est que je ne l'ai pas...

 

Donc du coup finalement (j'ai longuement hésité si je restais ou pas plusieurs mois au Népal), j'arrive le 15 Novembre à Katmandou, et je pense bien que je vais rester le gros de l'hiver au Népal (il faudra bien que je m'habitue au froid d'une manière ou d'une autre, partout où j'irais dans cette région du monde : soit c'est continental, soit c'est montagneux), c'est-à-dire que je repartirai à la mi-février, de toute façon le visa pour le Népal est de trois mois pas plus (et surtout on peut l'obtenir très facilement juste en arrivant à l'aéroport, ouf, pas de prise de tête pour l'obtention du visa !).

 

Et comme je vous l'avais dit aussi au début, j'aurais la joie de retrouver un autre Jean-François (qui se fait apperler John) là-bas ! Bien que je dus lui tirer les oreilles, pour lui rappeler qu'il m'avait promis qu'on se retrouverait au mois de Novembre là-bas, il m'a assuré que c'était bien toujours dans ses plans de venir (même si monsieur n'a toujours pas pris son billet, hein !).

 

Me voici donc assurée pour mon avenir : je vais avoir régulièrement des chevaliers servants pour me portéger de l'adversité !!! A vrai dire, je m'en suis très bien passée jusqu'à présent, et n'ai souffert d'aucun outrage à mon honneur de damoiselle non-effarouchée (enfin, en français, on dirait plutôt une vieille fille), mais j'avoue que le point de vue russe sur la question a eu raison de ma bravoure : je suis lasse que la première question à laquelle je dois répondre est "es-tu mariée ?"

Obviously, pas vraiment, non, quel mari laisserait sa femme partir en vadrouille pour aussi longtemps  ?

Et je suis encore plus lasse de la deuxième question, somme toute, tout à fait logique, à laquelle je suis inévitablement confrontée "as-tu des enfants ?"

Obviously, encore moins, je suis beaucoup de choses, mais je ne serais pas non plus une mère qui laisserait ses enfants seuls pour vagabonder pendant des mois...

 

Bref, cela ne va pas aller dans un meilleur sens, en continuant sur ma route, j'en ai bien peur, je vais donc devoir réfléchir à des stratégies pour me créer un mari fictif (cela peut être drôle) pour qu'au moins on me foute la paix et que je puisse obtenir une certaine légitimité dans ce monde où une femme de (bientôt) vingt-huit ans n'a pas d'existence si elle n'est pas déjà mariée et n'a pas déjà donné la vie au moins une fois.

 

 

La suite après le Népal se précise encore plus : même si je ne sais pas trop encore comment je vais y parvenir (en avion, c'est un peu délirant, je dois revenir jusqu'en Turquie pour pouvoir faire un trajet New-Delhi-Bishkek), je vais finalement démarrer en Asie centrale par le Kirghizistan, où j'ai réussi à dénicher de nouveaux contacts (grâce à un français rencontré au retour du Baïkal), et surtout où je n'ai pas besoin d'obtenir de visa pour y séjourner. Une fois les deux pieds posés dans un "pays en stan", je pourrais mieux aviser les difficultés pour obtenir les visas des pays voisins (et les relations diplomatiques entre Kirghizistan-Ouzbekistan-Tadjikistan ne sont pas simples) et surtout développer d'autres contacts.

 

 

Voici donc, très chers amis lecteurs, mon programme pour les six prochains mois ! Bon, il est tout de même sujet à d'importantes modifications, mais maintenant que je suis sur la route depuis deux mois, je suis rodée aux importantes modifications de dernières minutes !!!

 

Je vous laisse pour aujourd'hui, je suis enfin posée pour plus de trois jours à Tioumen, où je vais pouvoir enfin me consacrer pleinement à la rédaction de tous les articles qui sont en attentes depuis plus d'un mois... 

Au programme de demain, retour en arrière à la mi-juillet, pour mon séjour dans la région de Voronej!

 

Boussolement vôtre !

 

 

 

 

 

 

 

commentaires {0} - Ajouter un commentaire
Publié à 12:54, le 2/09/2013, Irkoutsk
Mots clefs :

Page précédente Page suivante


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Derniers articles
- Ideal Women Development Center
- Rajni et Pragya : la plus belle rencontre de tout mon périple
- Vivre à la népalaise et apprendre le tissage comme à ses origines (partie II)
- Dorothée et Hongyang, mes nouveaux coaches d'Yvetot
- Retour officiel de Luciole Desplaines en France

Rubriques
- CHAPITRE I : RUSSIE
- CHAPITRE II : MONGOLIE
- CHAPITRE III : NEPAL
- INTERMEDE
- PROLOGUE : PREPARATION ET ROBE DE MARIEE

Sites favoris
- luciole desplaines
- association davaï
- centre folklorique kuntseva
- coopérative ar arvijin delgerekh
- great baikal trail
- acted
- atelier sculpture beaux-arts bruxelles
- silk road by bike
- châles pavlovo posad
- costume russe

Mes amis

Newsletter

Saisissez votre adresse email